La Vigne: Viticulture et vin : actualités et vidéos viticoles

Rechercher

Votre compte

 

Inscrivez-vous | Aide |

Retour sur la page d'accueil  Accueil / Actualités / Beaujolais : casse-tête autour d’un rendement minuscule
Actualités viticoles

Beaujolais Casse-tête autour d’un rendement minuscule

Publié le mercredi 05 septembre 2012 - 17h31

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Situation inédite dans le Beaujolais. Réunies en commission d’économie et marché, la production et le négoce ont décidé d’autoriser un rendement de 31,2 hl/ha en beaujolais nouveau (appellation Beaujolais et Beaujolais villages). Mais les dernières estimations faites sur le terrain prévoient un rendement moyen aux alentours de 25 à 30 hl/ha. Certains viticulteurs ne produiront donc même pas de quoi fournir le rendement maximum en primeurs !

Vendanges en Beaujolais. © Bildagentur RM/Tips/Photononstop

Vendanges en Beaujolais. © Bildagentur RM/Tips/Photononstop

Alors que l’échelle des possibles allait de 26 à 31,2 hl/ha de beaujolais primeur, la profession a choisi de placer le curseur au plus haut, à 31,2 hl/ha. Le négoce voulait des vins. La production était partagée.

« Il nous fallait quelques certitudes avant de tout libérer », reconnaît Thierry Saint-Cyr, secrétaire général de l’Union des vignerons du Beaujolais. Autrement dit, la production souhaitait obtenir des assurances sur les prix qui seront pratiqués pendant la campagne primeur.

Il semblerait qu’un consensus soit apparu autour de 200 €/hl (contre environ 170 en 2011). Le beaujolais nouveau se vendra-t-il à ce prix ? C’est ce qu’il faudrait pour que la production s’en sorte cette année vu la faiblesse de la récolte qui se prépare.

« Ce prix semble correspondre à l’équilibre pour cette campagne aux rendements extrêmement faibles, estime Philippe Tranchand, président de l’Union des maisons de vin du Beaujolais-Mâconnais. Mais nous n’avons pas conclu d’accord. Tout d’abord, c’est interdit. Et ensuite, les transactions feront le marché. Il faut voir si nos clients seront capables d’absorber cette augmentation de prix. Cette année, par précaution, nous n’avons évoqué avec nos clients que des fourchettes de prix susceptibles d’évoluer à la hausse. »

Quant au marché des vins de garde, faute de récolte, il ne sera pratiquement pas approvisionné. Il risque de se faire quasiment en même temps que celui des primeurs, « à un prix certes inférieur, mais sans doute plus élevé qu’à l’habitude », poursuit le négociant qui termine en affirmant que « la situation va permettre de réévaluer les stocks de 2011, une très bonne année ».

D. B.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Phytos
Trois nouveautés à venir chez De Sangosse

Publié le 28 septembre 2012

Droits de plantation 
La Commission dévoile sa position

Publié le 21 septembre 2012

Récolte 2012
Les prévisions revues à la baisse

Publié le 06 septembre 2012

Champagne
Le rendement de la vendange fixé à 11 000 kg/ha

Publié le 05 septembre 2012

Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :


La Vigne : les offres d'abonnement
simples ou couplées

Découvrir nos Offres

Les publications du Groupe France Agricole
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK