La Vigne: Viticulture et vin : actualités et vidéos viticoles

Rechercher

Votre compte

 

Inscrivez-vous | Aide |

Retour sur la page d'accueil  Accueil / Actualités / Étiquetage des allergènes : vers une fin de la dérogation pour le vin
Actualités viticoles

Étiquetage des allergènes Vers une fin de la dérogation pour le vin

Publié le lundi 17 octobre 2011 - 16h34

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

La filière viticole bénéficie d’une dérogation d’étiquetage des allergènes que sont l’ovalbumine, la caséine et le lysozyme. De récents avis publiés par l’Efsa risquent de changer la donne…

Bientôt, il faudra mentionner les allergènes en plus des sulfites sur les étiquettes. © P. ROY

Bientôt, il faudra mentionner les allergènes en plus des sulfites sur les étiquettes. © P. ROY

L’Efsa, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Europen Food Safety Authority) a rendu public ses avis sur l’ovalbumine et la caséine le 6 octobre dernier.

L’agence s’est prononcée défavorablement puisqu’elle précise que « les vins clarifiés avec des produits à base d’ovalbumine (blanc d’œuf) et de caséine (protéine de lait) peuvent déclencher des réactions négatives chez les personnes sensibles ».

Même conclusion à propos du lysozyme, issu des œufs de poule. Là encore, les experts concluent : « Les vins traités au lysozyme peuvent déclencher des réactions allergiques négatives chez des individus sensibles. »

Ces communications sont consultables sur le site de l’Efsa.

Ces avis mettent à mal la filière viticole qui va avoir les plus grandes difficultés à justifier du maintien de la dérogation d’étiquetage de ces allergènes.

Rappelons que dans un but de protection du consommateur, une directive européenne de 2000 a posé le principe de l’étiquetage des allergènes présents dans les denrées alimentaires. Ce texte s’est d’ailleurs traduit par l’obligation de mentionner les sulfites sur les étiquettes de vin.

Les instances communautaires ont accordé une dérogation jusqu’au 30 juin 2012 dispensant d’informer les consommateurs, par voie d’étiquetage, des traitements à l’ovalbumine, à la caséine ou au lysozyme.

Dans le contexte actuel, tout porte à croire que cette dérogation ne sera pas prorogée… « Autant en tenir compte dès aujourd’hui en se montrant prudent dans ses commandes d’étiquettes, car les règles d’étiquetage vont certainement changer d’ici fin juin », remarque Benoît Stenne, de l’Agev (Association générale des entreprises vinicoles).

A. A.

Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :


La Vigne : les offres d'abonnement
simples ou couplées

Découvrir nos Offres

Les publications du Groupe France Agricole