La Vigne: Viticulture et vin : actualités et vidéos viticoles

Rechercher

Votre compte

 

Inscrivez-vous | Aide |

Retour sur la page d'accueil  Accueil / Actualités / Gironde : cinq organisations pour un prix du tonneau à quatre chiffres
Actualités viticoles

Gironde Cinq organisations pour un prix du tonneau à quatre chiffres

Publié le vendredi 12 octobre 2012 - 15h51

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Mots-clés :

,

,

,

La chambre d’agriculture de la Gironde, la Fédération des coopératives viticoles d’Aquitaine, la FDSEA, les JA et la Fédération départementale des Vif parlent d’une seule voix pour revendiquer un prix minimal de 1 000 euros le tonneau de 900 litres de bordeaux rouge, soit 111 €/hl.

Depuis 2004, la production bordelaise réclame un prix plancher de 1 000 euros le tonneau pour l’AOC Bordeaux. © C. WATIER

Depuis 2004, la production bordelaise réclame un prix plancher de 1 000 euros le tonneau pour l’AOC Bordeaux. © C. WATIER

« Nous revendiquons un prix du tonneau à quatre chiffres. Il faut que le millésime 2012 soit rémunérateur », a d’emblée annoncé Patrick Vasseur, le président de la FDSEA de Gironde, ce 12 octobre, lors d’une conférence de presse regroupant cinq organisations professionnelles et syndicales (*).

Même son de cloche pour Bernard Solans, à la tête des coopératives d’Aquitaine. « Nous devons retrouver un niveau de prix satisfaisant sans nous couper des distributeurs. C’est jouable. Cela doit se faire en concertation avec les metteurs en marché », a-t-il indiqué.

Lors de la dernière campagne, le prix moyen du millésime 2011 de l’AOC Bordeaux rouge n’a pas dépassé 954 euros le tonneau. Il était à 936 euros pour le millésime 2010 lors de la campagne 2010-2011.

« Nous n’avons gagné que 18 euros d’un millésime à l’autre, soit 1,9 %. Il faut impérativement passer la barre des 1 000 euros. Cela reviendrait à obtenir 150 euros de plus et n’affecterait la bouteille que de 0,15 euro », rappelle Patrick Vasseur.

La revendication est d’autant plus forte qu’il y a urgence selon ces responsables. Le syndicaliste ajoute : « D’après les calculs de la MSA, 25 % des viticulteurs de Gironde font moins de 10 000 euros de bénéfice annuel. Et 25 % sont carrément en déficit. Cela signifie qu’un viticulteur sur deux ne dégage pas l’équivalent d’un Smic par mois. »

Autre inquiétude : la baisse du nombre d’installation de jeunes agriculteurs en viticulture. Les JA ont fait leur compte : en 2000, on comptabilisait 120 installations par an, dont les deux tiers en viticulture. Aujourd’hui, ce chiffre est tombé à 57 installations, dont seulement 40 % dans le secteur viticole.

Pour l’instant, l’ODG des Bordeaux et Bordeaux supérieur ne s’est pas prononcé. Mais il a rendez-vous avec le négoce en début de semaine prochaine pour une réunion de la commission vrac du CIVB, l’interprofession. À l’ordre du jour : le prix minimal du tonneau.

(*) La chambre d’agriculture de la Gironde, la Fédération des coopératives viticoles d’Aquitaine, la FDSEA, les JA de Gironde et la Fédération départementale des vignerons indépendants.

C. G.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Bordeaux 
Un château privé de millésime 2012

Publié le 31 octobre 2012

Facebook
Les vins de Bordeaux comptent 274 000 fans

Publié le 30 octobre 2012

Armagnac 
Forte hausse des prix des vins de distillation

Publié le 24 octobre 2012

Cognac
Des hausses de prix inespérées

Publié le 24 octobre 2012

Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :


La Vigne : les offres d'abonnement
simples ou couplées

Découvrir nos Offres

Les publications du Groupe France Agricole