La Vigne: Viticulture et vin : actualités et vidéos viticoles

Rechercher

Votre compte

 

Inscrivez-vous | Aide |

Retour sur la page d'accueil  Accueil / Actualités / Marketing : la fin du monde booste les ventes de vin à Bugarach
Actualités viticoles

Marketing La fin du monde booste les ventes de vin à Bugarach

Publié le jeudi 20 décembre 2012 - 16h53

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Un négociant et des vignerons indépendants installés à proximité du village de Bugarach (Aude), censé être épargné par l’apocalypse du 21 décembre, ont eu la bonne idée de créer des cuvées spéciales « Fin du monde ». Leurs bouteilles sont parties comme des petits pains…

Jean Pla, négociant en vin installé à Saint-Paul-de-Fenouillet (Pyrénées-Orientales). © B. KORMANN

Jean Pla, négociant en vin installé à Saint-Paul-de-Fenouillet (Pyrénées-Orientales). © B. KORMANN

Elle s’appelle Irma Balaguer et coexploite le domaine d’Esperet, à Saint-Paul-de-Fenouillet (Pyrénées-Orientales), avec son frère Jean. Qu’on se rassure, Irma ne prédit pas la fin du monde pour le 21 décembre, mais elle recommande une dégustation de sa cuvée 100 % Bugarach, histoire de passer un bon moment en attendant le 22 décembre. Ce vin, une IGP Côtes catalanes 100 % merlot, a été lancé en février 2012 au prix de 5 euros TTC le col. En moins de dix mois, le domaine en a vendu 12 000 bouteilles…

Jean Pla est quant à lui négociant en vin, installé lui aussi à Saint-Paul-de-Fenouillet, situé à une vingtaine de kilomètres du désormais célèbre village de Bugarach (Aude). Lui aussi a lancé une cuvée célébrant le 21 décembre 2012. Elle porte le nom du fameux village avec ce sous-titre humoristique : « S’il n’en reste qu’un, je serai celui-là ». Il s’agit là aussi d’une IGP Côtes catalanes, mais cette fois 100 % grenache, vendu 8 euros en rouge et 6,50 euros en rosé. 17 000 cols ont été commercialisés depuis le lancement de la cuvée à l’été 2011.

Jean Pla comme Irma Balaguer connaissent bien les légendes du coin, notamment celles qui assurent que le pic de Bugarach est un lieu de rendez-vous pour les Martiens. Oui, vous avez bien lu : les petits hommes verts…

C’est donc sur ce thème qu’ils ont construit leur marketing. Une soucoupe volante figure sur l’étiquette 100 % Bugarach. Sur la cuvée de Jean Pla, la référence aux ovnis se trouve sur la contre-étiquette avec ce trait d’humour : « À boire pour vous aider à mieux communiquer avec les extra-terrestres ».

Pour la viticultrice comme pour le négociant, la fin du monde annoncée pour le 21 décembre aura eu un mérite : les faire connaître. Le site web de Jean Pla, qui était visité deux à trois fois par jours il y a quelques mois, enregistre aujourd’hui une trentaine de connexions quotidiennes… Quant au domaine de l’Esperet, il estime que la médiatisation de Bugarach lui a amené entre vingt et cinquante nouveaux clients…

Bien décidé à surfer sur l’actualité, Jean Pla a prévu le lancement d’un nouveau vin le 22 décembre : la Cuvée du rescapé, dont une partie du texte est écrite en martien… Il faut goûter pour déchiffrer…

A. A.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Fiscalité 
Les droits Inao augmentent de 30 %

Publié le 14 décembre 2012

Robot de taille
Wall-Ye fascine mais déçoit

Publié le 16 novembre 2012

Région parisienne
Les Vignerons franciliens veulent une IGP

Publié le 01 octobre 2012

Languedoc
Union sacrée pour défendre les prix des vins à IGP

Publié le 24 septembre 2012

Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :


La Vigne : les offres d'abonnement
simples ou couplées

Découvrir nos Offres

Les publications du Groupe France Agricole