La Vigne: Viticulture et vin : actualités et vidéos viticoles

Rechercher

Votre compte

 

Inscrivez-vous | Aide |

Retour sur la page d'accueil  Accueil / Actualités / Politique agricole : La filière viticole ne veut pas de droits à paiement unique
Actualités viticoles

Politique agricole La filière viticole ne veut pas de droits à paiement unique

Publié le mercredi 27 février 2013 - 17h47

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Jérôme Despey, président du conseil spécialisé de FranceAgriMer, vient d’annoncer au Salon de l’agriculture que l’ensemble de la production et le négoce sont tombés d’accord pour ne pas demander à bénéficier du système de droits à paiement unique (DPU rebaptisé DPB, droit à paiement de base).

Jérôme Despey, président du conseil spécialisé de FranceAgriMer au Salon de l’agricutlure, à Paris, le 27 février 2012. © A. AUTEXIER

Jérôme Despey, président du conseil spécialisé de FranceAgriMer au Salon de l’agricutlure, à Paris, le 27 février 2012. © A. AUTEXIER

C’est désormais officiel : la filière viticole française ne souhaite pas utiliser le système des droits à paiement unique proposé par la Commission européenne. L’annonce a été faite par Jérôme Despey, président du conseil spécialisé des Vins de FranceAgriMer, lors d’une conférence de presse organisée sur le pavillon des vins, au Salon de l’agriculture. La filière viticole avait jusqu’au 1er août 2013 pour se décider sur le sujet.

« Nous avons reçu la visite du ministre de l’Agriculture, mercredi 20 février, lors de notre dernier conseil spécialisé. À cette occasion, la production et le négoce ont demandé solennellement au ministre de tout faire pour préserver une OCM spécifique au secteur viticole. Actuellement, notre filière bénéficie d’une enveloppe de 280 millions d’euros par an, pour cinq ans. Nous voulons préserver cette enveloppe pour financer des actions telles que la restructuration, la promotion vers les pays tiers, l’aide à l’investissement et les prestations viniques » a déclaré le président du conseil spécialisé des vins.

Jérôme Despey a ensuite expliqué que, pour préserver ses chances de maintenir cette enveloppe, la filière viticole renonce aux DPU. « Si nous n’avions pas pris cette décision, nous risquions de nous retrouver avec une enveloppe de 280 millions d’euros à répartir sur nos 800 000 ha de vignes, ce qui représenterait au mieux 350 €/ha », a poursuivi le responsable professionnel.
Et d’ajouter : « Je préfère garder la possibilité, pour celui qui restructure son vignoble, d’avoir une aide qui peut représenter jusqu’à 12 300 €/ha plutôt que de distribuer 350 euros pour tous les hectares. »

Ce choix marque une évolution par rapport à ce qui avait été défendu un temps par une partie de la production. Celle-ci pensait pouvoir défendre à la fois le maintien d’une OCM unique et le bénéfice du système des DPU (voir notre article du 22 juin sur le congrès de la CFVDP de juin 2012). Il semble que la profession ait fini par comprendre qu’elle ne pouvait pas demander le beurre et l’argent du beurre…

Aurélia Autexier

Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :


La Vigne : les offres d'abonnement
simples ou couplées

Découvrir nos Offres

Les publications du Groupe France Agricole
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK