La Vigne: Viticulture et vin : actualités et vidéos viticoles

Rechercher

Votre compte

 

Inscrivez-vous | Aide |

Retour sur la page d'accueil  Accueil / Actualités / Beaujolais : 13% de vins primeurs en moins cette année
Actualités viticoles

Beaujolais 13% de vins primeurs en moins cette année

Publié le mercredi 14 novembre 2012 - 21h46

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le Beaujolais met près de 31 millions de bouteilles de beaujolais et de beaujolais villages nouveaux en vente. C’est 13 % de moins que l’an dernier. Mais les producteurs ont tout vendu et obtenu des prix bien supérieurs.

Le Beaujolais met en vente environ 230 000 hl de beaujolais et de beaujolais villages nouveaux, soit un peu moins de 31 millions de bouteilles. © MAXPPP/J.-F. FREY

Le Beaujolais met en vente environ 230 000 hl de beaujolais et de beaujolais villages nouveaux, soit un peu moins de 31 millions de bouteilles. © MAXPPP/J.-F. FREY

Après une année noire sur le plan des rendements, les estimations les plus pessimistes prévoyaient un déficit de 50 000 à 80 000 hl de production de beaujolais et de beaujolais villages nouveau. Il n’en est rien. Le 14 novembre, quelques heures avant le déblocage officiel des vins à minuit, Inter-Beaujolais annonçait un recul de 35 000 hl par rapport l’an dernier.

Selon les données disponibles à ce jour, la région met en vente environ 230 000 hl de beaujolais et de beaujolais villages nouveaux, soit un peu moins de 31 millions de bouteilles et 13 % de moins qu’en 2011.

Les producteurs ont tout vendu. Le Japon, qui reste le principal marché de la région, a passé d’importantes commandes.

« La hausse des prix et la rareté de l’offre auront diverses conséquences », estime Jean Bourjade, directeur général de l’interprofession des vins du Beaujolais.

« Tout d’abord, avec un prix moyen de vente en vrac à 220 €/hl le beaujolais et 240 €/hl le beaujolais villages (contre 162 et 170 l’an dernier, NDLR), les marchés de premiers prix à 3 euros le col vont très certainement disparaître. C’est une excellente chose. Cela fait des années que nous espérions les voir reculer, même si nous savons très bien que certains viticulteurs vont en pâtir. »

Le Beaujolais pourrait aussi perdre des marchés valorisés, faute d’avoir pu les approvisionner.

Quant à la réaction des consommateurs face à la hausse des prix, Jean Bourjade se veut confiant. « Nous estimons que l’augmentation moyenne qui a été répercutée sur la bouteille ne devrait pas excéder quelques dizaines de centimes. Cela ne devrait pas effrayer le consommateur », indique-t-il. À vérifier dès aujourd’hui dans les linéaires et au bistrot.

D. B.

Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Les sujets
LES PLUS LUS

Les publications du Groupe France Agricole
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK