La Vigne: Viticulture et vin : actualités et vidéos viticoles

Rechercher

Votre compte

 

Inscrivez-vous | Aide |

Retour sur la page d'accueil  Accueil / Actualités / Gard : Prémices d’une filière de granulés de sarments de vigne
Actualités viticoles

Gard  Prémices d’une filière de granulés de sarments de vigne

Publié le jeudi 16 janvier 2014 - 15h20

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Transformer les sarments de vigne en combustible pour le chauffage, c’est le projet mené par la chambre d’agriculture du Gard, avec l’appui du conseil général. Les dernières mises au point devraient intervenir cette année pour un démarrage à grande échelle fin 2014.

La chambre d’agriculture du Gard a le projet de transformer les sarments de vigne en granulés pour le chauffage. © CHAMBRE D’AGRICULTURE DU GARD

La chambre d’agriculture du Gard a le projet de transformer les sarments de vigne en granulés pour le chauffage. © CHAMBRE D’AGRICULTURE DU GARD

Se chauffer aux sarments de vigne… l’idée fait son chemin et prend bonne tournure dans le Gard. Depuis plus de cinq ans, la chambre d’agriculture avec l’appui du département, travaille sur la création d’une filière de production de granulés à partir de sarments de vigne.

La Cuma 30 s’est déjà équipée l’an dernier d’une presse à ballot pour sarments fournie par l’Italien Caeb. Cette machine est capable de ramasser les sarments sur le rang, de fabriquer et d’expulser les ballots en bout de rangée. Elle est capable de stocker jusqu’à huit ballots avant de les déposer. La quantité de sarments humides récoltés varie de 600 à 1 500 kg/ha en fonction du cépage, du mode de palissage, de la taille ou du prétaillage. Le coût du ramassage est de l’ordre de 100 €/ha, mais le coût au kilo de sarments ramassés varie du simple au double du fait des écarts de rendement.

GRANULEUSE CAEB

Cette année, la Cuma 30 va tester différentes machines permettant de transformer ces sarments en granulés, notamment la granuleuse Caeb présentée en démonstration en décembre dernier dans le Gard. L’équipement complet sera transportable sur remorque et pourra travailler directement sur l’exploitation des viticulteurs intéressés.

L’équipement Caeb est constitué de deux machines. La première est une broyeuse capable de broyer une balle à la minute. La seconde travaille en continu à partir du broyat stocké dans le silo tampon et produit 50 kg/h de granulés. Les ballots de sarments doivent au préalable être stockés au sec pendant six mois pour que leur taux d’humidité soit ramené de 44 à 12 %. « Nous allons tester cette année cet équipement en phase de mise au point », précise Renaud Cavalier, chef du service agroéquipement de la chambre d’agriculture gardoise.

DÉVELOPPER UNE FILIÈRE DE PRODUCTION

L’idée est ensuite de développer une filière de production avec deux voies possibles : le circuit court, où le viticulteur récupère les granulés pour se chauffer, ou la commercialisation via une filière industrielle par le biais de Cévennes Composites, entreprise locale qui va monter un projet industriel de fabrication de granulés d’une capacité de 1 t/h. Les viticulteurs pourront ainsi lui vendre directement les sarments soit en ballots, soit en broyats, sans être obligés de les stocker pour les faire sécher.

Une expérimentation sera menée cette année sur 80 ha en partenariat avec l’agglomération d’Alès qui envisage d’utiliser les granulés pour le chauffage de ses équipements publics.

ADAPTATIONS

Les granulés de sarments sont utilisables par chaudières polycombustibles actuellement disponibles sur le marché. Quelques adaptations doivent encore être étudiées pour les poêles des particuliers, car les granulés de sarments de vigne produisent plus de cendre que les granulés d’autres bois. Des poêles à granulés adaptés aux sarments sont déjà vendus par des constructeurs italiens.

« Le marché des granulés est en pleine croissance. Il y a une forte demande des particuliers comme des collectivités, soutient Renaud Cavalier. Avec un potentiel de production de 50 000 ha de vignes, le Gard a de quoi approvisionner ce marché en pleine expansion.

Michèle Trévoux

Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Les publications du Groupe France Agricole
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK